Axe 6 : Systèmes Sûrs

  • Posted on: 12 April 2018
  • By: admin
  • Updated on: 12 April 2018
Détails: 

L’évaluation et l’amélioration de la sûreté des systèmes, la maîtrise des risques et le développement de la résilience des systèmes, des infrastructures et des organisations sont désormais au centre des préoccupations de nos sociétés et de l’ensemble des acteurs socio-économiques. L’importance grandissante de ces questions provient d’une part d’une évolution de la perception et de l’acceptation des risques, d’exigences accrues de sûreté et de sécurité, et, d’autre part, de facteurs plus objectifs qui viennent modifier l’inventaire et la nature des risques auxquels ces acteurs sont confrontés : multiplication d’infrastructures critiques interconnectées et interdépendantes, conséquences du changement climatique et catastrophes naturelles, ruptures technologiques et numériques, développement de pandémies, ...

Vis-à-vis de ces sujets sur la sûreté et le risque, la communauté MACS occupe une position particulière et remarquable :

  • Elle est elle-même à l’origine de nouveaux risques et de nouveaux problèmes de sûreté et de sécurité : les technologies du numérique et le développement de systèmes  intelligents, d’objets connectés et communicants, de véhicules autonomes, de systèmes (de systèmes) cyber-physiques, de systèmes distribués contrôlés en réseau (M2M), ...  posent des défis inédits en termes d’évaluation de sûreté et de sécurité, de maîtrise des risques et de garantie de résilience.
  • Dans le même temps, et comme le montre le bilan du GdR MACS sur la période précédente, la communauté MACS, forte de ses compétences disciplinaires propres, développe des méthodologies qui constituent les briques de base centrales pour le traitement des problèmes de sûreté et de risques : méthodes et modèles pour le diagnostic et le pronostic ; observation ; identification ; tolérance aux fautes ; commande robuste ; fiabilité et sûreté de fonctionnement ; maintenance et gestion de l’état de santé des systèmes (PHM) ; analyse de performances, vérification, validation, aide à la décision et reconfiguration des systèmes (continus, SED, hybrides) ; ingénierie système ; modélisation d’entreprise ; recherche opérationnelle ; modélisation et propagation des incertitudes et décision en environnement incertain...
  • Parce qu’elle maîtrise ces méthodologies et les disciplines des STIC, la communauté MACS est de plus en plus sollicitée par d’autres communautés, au-delà de ses champs d’intervention classiques, pour contribuer au développement d’approches innovantes d’évaluation et de maîtrise des risques naturels, risques sanitaires, ...

Notons enfin que les prospectives Automatique et STP font toutes deux apparaître des défis relatifs à la sûreté et à la gestion des risques, confirmant que la communauté MACS place ces thématiques au coeur de ses préoccupations, aussi bien au niveau national qu’international. Dans ce contexte, l’ensemble des défis et questions à traiter est immense et très diversifié. Pour ne citer que quelques exemples :

  • Aide à la décision post-diagnostic/pronostic : comment optimiser la prise de décision et l’action sur la base des informations issues du diagnostic/pronostic pour optimiser la gestion de l’état de santé d’un actif ou d’une flotte d’actifs (en termes de maintenance, d’utilisation, ...) ?
  • Comment évaluer et garantir la sûreté des systèmes intelligents autonomes ?
  • Comment assurer la sécurité et la sûreté d’infrastructures critiques vis-à-vis de défaillances, d’évènements accidentels ou d’agressions extérieures délibérées et comment  améliorer leur résilience ?
  • Comment développer des approches dynamiques d’analyse des risques naturels pour passer d’une cartographie statique des risques à des outils d’évaluation dynamique des risques ouvrant à des méthodes de prise de décision intégrant les informations recueillies en ligne ?
  • Comment prendre en compte, modéliser et contrer les défaillances en cascade dans les systèmes dynamiques et les organisations ?
  • Comment opérer des systèmes de systèmes cyber-physiques, à grande échelle, en présence de défaillances à différents niveaux ? Comment concevoir et vérifier des méthodes et des algorithmes de détection, de reconfiguration et de mitigation vis-à-vis de ces défaillances ?
  • Comment modéliser l’effet des interdépendances entre les différents éléments d’une structure sur sa vulnérabilité ?
  • Comment mettre à profit les grandes masses de données collectées sur des systèmes complexes hétérogènes (technologiques ou naturels) pour synthétiser une information fiable et utilisable de leur état de santé et mettre en oeuvre des procédures de diagnostic et de pronostic (problématiques de fusion d’information, de calculs d’indicateurs de santé à partir de données hétérogènes, manipulation des données avant utilisation (recalage, filtrage, synchronisation, données manquantes, aberrantes, ...) ?
  • Comment évaluer la place et le rôle de l’humain dans les systèmes sûrs : source de risque, acteur de la reconfiguration et de la mitigation, facteur de résilience ?