Contribution à un environnement de modélisation/simulation de systèmes complexes pour la mise en situation de parties prenantes : application à la formation à la gestion de crises majeures

  • Posted on: 15 May 2018
  • By: vincent.chapurl...
  • Updated on: 15 May 2018
Type recrutement: 
Sujet de thèse
Section: 
27 (Informatique)
61 (Génie informatique, automatique et traitement du signal)
Autre
Entité et lieu: 
Laboratoire LGI2P - IMT Mines Alès - Alès
Urgent ?: 
oui
Détails: 

Les processus collaboratifs impliquent des acteurs pluridisciplinaires, vus alors comme des parties prenantes, chargées de mener à bien diverses activités nécessitant la mise en oeuvre et en commun de leurs capacités et savoir-faire métier. Il peut s’agir par exemple d’un processus de pilotage d’une crise impliquant des membres de la Police, du SAMU, des Pompiers, le Préfet, ou encore des Maires. Tout au long de ce processus, ces acteurs doivent évaluer, juger, décider et justifier avant d’agir sur des situations complexes se déroulant sur des territoires eux-mêmes qualifiés de complexes, dans le but de réduire les effets et conséquences de cette crise.
De fait, et par anticipation, il est nécessaire pour ces personnes d’être formées, de s’entrainer, de tester leurs capacités et leurs réactions face à différentes situations types et à divers environnements, pour les amener à mieux percevoir et comprendre les conséquences des actions entreprises et ainsi mieux réagir en situation réelle.
La simulation est un moyen reconnu pour former, entrainer et tester ces acteurs. Ces simulations nécessitent d’être réalistes c’est-à-dire de reproduire avec fidélité et réactivité des situations et des comportements hétérogènes se déroulant dans des environnements évoluant en temps réel (e.g. un territoire concerné par la crise est plus ou moins vaste, vulnérable, accessibles aux moyens d’actions, etc.). Elles doivent enfin être adaptées aux besoins et objectifs propres, au niveau de compétence et aux cultures des acteurs lorsqu’ils sont amenés à jouer différents rôles avec différentes responsabilités.
Le projet de recherche proposé repose sur un double objectif :
1) Tester la pertinence de mesures favorisant l’immersion des parties prenantes. Cet objectif vise à tendre vers des techniques de simulation enrichies pour gagner en confiance, en crédibilité, en fidélité et en vitesse, aptes à prendre en compte de manière plus ciblée les valeurs, besoins et attentes de acteurs formés, de susciter l’engagement de ces acteurs, et de faire émerger des pratiques et des usages difficiles à caractériser lors d’approches traditionnelles.
2) Prendre en compte plus efficacement les facteurs permettant à ces acteurs d’évaluer au plus tôt les conséquences de décisions stratégiques sur les états futurs possibles du système étudié qui évolue sur un territoire complexe, de pouvoir revenir en arrière pour proposer et expérimenter des choix alternatifs (re-jeu de séquences simulées), et ainsi capitaliser sur les besoins, manques ou dysfonctionnements identifiés (retour d’expérience et débriefing).
Dans ce but, cette thèse vise à formaliser, outiller et valider in situ un environnement de modélisation et de simulation permettant à ces parties prenantes de s’immerger dans une situation complexe et virtualisée, afin de mieux la comprendre, de gagner en efficacité et en confiance. Le champ d’application choisi dans le cadre de ce travail concerne la formation à la gestion de crise.