recrutement

Modélisation et optimisation de la collecte, du démantèlement, du reconditionnement et du modèle d’affaire de véhicules lourds pour une économie circulaire soutenable

Type de recrutement
Thèse
Durée
Urgent
oui
Rattachement
CentraleSupélec/LGI
Fin de l'affichage

Ce travail de thèse s’inscrit dans le cadre de de la transition écologique pour passer d’une économie linéaire à une économie circulaire des véhicules lourds de manutention, levage et terrassement. Les filières de reconditionnement et de recyclage n’existant pas à l’heure actuelle pour ces types d’engins, il est nécessaire d’identifier et d’accéder aux gisements de véhicules lourds en fin de vie, accidentés, usés ou même devenus obsolètes, de manière à développer plus systématiquement la filière de démantèlement, pour le reconditionnement de composants et d’engins et la revalorisation de la matière. En effet, aucune filière dédiée n’est encore effective et ce malgré l’ampleur du gisement de matières potentiellement recyclables. En ce sens, MANITOU GROUP envisage donc de systématiser le démantèlement de ses engins en fin de vie de manière à (i) systématiser le reconditionnement des composants/pièces qui ont encore de la valeur et revaloriser le reste de la matière, ceci afin d’alimenter un marché de la pièce de rechange remanufacturée, et (ii) s’attaquer au reconditionnement d’engins et de revente d’engins reconditionnés. Cette thèse en génie industriel et économie circulaire, à l’intersection des équipes en ingénierie de la conception et du management des opérations du laboratoire de Genie Industriel de CentraleSupélec, aidera MANITOU GROUP à développer les méthodes et outils apportant des réponses et solutions concrètes aux quatre questions suivantes (qui sont détaillés dans la suite de ce sujet en termes de livrables scientifiques et industriels) : (i) Quel est le volume et la localisation du gisement accessible pour l’activité de démantèlement ? (ii) Comment prédire la valeur, la disponibilité des composants, le potentiel commercial de valorisation post démantèlement, pour dimensionner la partie opérationnelle de l’activité ? (iii) Combien de centres de démantèlement et de reconditionnement d’engins faut-il créer et où, à différents horizons de temps ? (iv) Comment proposer un/des modèle(s) d’affaire circulaire(s) à travers d’offres commerciales adaptées qui prennent en compte ces possibilités de reconditionnement de pièces et d’engins, et ces remontées d’information IoT des engins pour une maintenance plus prédictive ?